AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mar 7 Fév - 15:46


En ce dimanche frisquet, la nuit tombe très vite: à seize heures, il fait sombre, et à dix-sept heures, il faisait déjà bien nuit. Il était justement seize heures quarante quand la créature hivernale qu'était en cette saison le professeur Ambrose Hell'Curse sortit de l'enceinte de Monster High pour se diriger vers l'entrée de la ville de Monster Town. Avec ses quatre bras griffus, sa gueule pleine de dents, son air farouche, son pelage immaculé et son épaisse crinière blanche, le professeur de CDS attirait quelques regards curieux parmi les rares monstres dehors par ce froid mordant. Nous étions au cœur de l'hiver, et les monstres affiliés au feu étaient très enviés à cette époque de l'année! Les monstres les plus heureux par cette saison étaient sans conteste les monstres des neiges: il faisait un vrai froid polaire!

Le soleil descendait très vite et après vingt minutes de marche à se promener dans la ville, Ambrose admira le soleil qui terminait de disparaître derrière l'horizon. La lune se leva, progressivement, lentement, vers le haut du ciel bleu foncé. La Dame Pâle se vêtit d'une couleur rousse incendiaire, sous le regard béat de bonheur de la créature hivernale: quand la lune rousse diffusa sa clarté orangée vers le sol, et que celle-ci toucha le Métamorphe maudit, ce dernier se transforma sans rien pouvoir y faire, comme toujours. En moins d'une dizaine de secondes, Ambrose avait enfin retrouvé sa véritable apparence!



Le professeur de CDS leva ses mains devant son visage et les regarda avec une joie et un soulagement non dissimulé pendant quelques instants. Il poussa enfin un soupir à la fois soulagé et ravi, et se remit finalement en marche vers le centre-ville. Il marchait le long des rues, sans trop chercher à atteindre un but précis, quand un bâtiment attira son attention. Il s'approcha de la porte d'entrée et lu ce qui était écrit sur un petit tableau cloué à côté de la porte: il s'agissait d'un menu, et ce bâtiment était sans nul doute un restaurant, un bar ou une auberge. Levant les yeux, Ambrose lu le nom du lieu: L'Antiquité. Curieux, le Métamorphe maudit jeta un coup d’œil par les vitres de la devanture et l'aménagement de la salle lui fit tout de suite penser à une sorte de salon de thé, mais le décor était... totalement surprenant! Résumons donc: il faisait froid, Ambrose n'avait plus son super pelage épais pour lui tenir chaud, la neige lui donnait soif et cet endroit était fascinant. Ni une, ni deux, il franchit la porte, et entra.

Une colonne de pierre blanche cassée était debout près de l'entrée, et rappelait un peu l'architecture des temples grecs de l'antiquité. Une seconde colonne, en tout point identique à la première, était couchée devant le comptoir, faisant office de banc. Les tables de la salle étaient soit rondes, soit rectangulaires, soit carrées, mais elles avaient toutes un point commun: elles étaient entièrement en verre! Autour des tables avaient poussés de gros champignons à l'air moelleux, qui faisaient visiblement office de chaises. Le plafond était peint d'un magnifique ciel d’Été, bleu azur et sans aucun nuage. Le sol était couvert d'une herbe grasse et tendre, et ponctuée ça et là de fleurs aux couleurs chatoyantes. Les murs reflétaient une scène idyllique: de superbes prairies à perte de vue, des arbres majestueux au tronc parcouru de lichen et de lierre, et des champignons variés ornaient de leur présence incongrue le sol entre les racines des impressionnants végétaux. Le décor était vivant, et Ambrose ne put quitter celui-ci des yeux pendant un long moment, jusqu'à ce que sa soif lui rappelle pourquoi il était entré ici...

Il se dirigea vers le comptoir et s'assit sur la colonne renversée, qu'il trouva plutôt confortable pour un truc en pierre. Posant les coudes sur le comptoir, il tourna légèrement la tête vers la droite, pour pouvoir encore admirer ce décor hors du commun. C'est à ce moment-là qu'une voix le ramena à la réalité...

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mar 7 Fév - 18:11

Spoiler:
 

Fermant les yeux, je savourais la chaleur que le soleil artificiel me faisait ressentir. C'était comme se retrouvé une chaude journée de printemps le visage offert vers l'astre lumineux. Un pur délice que je savourais d'autant plus après cette longue journée de travail.

Ça ne faisais pourtant qu'une petite semaine que le salon de thé étais ouvert, mais à croire que le décor avait séduit les passants et j'en étais plutôt contente. Ça voulait dire que j'avais fait du bon travail avec la pièce.

Bien sûr l'hiver aidait aussi. Le froid devenait très vite un vieux souvenir par le temps radieux que l'on avait dans le salon.

La nuit était tombée si vite, que j'ouvris grand les yeux en m'en rendant compte. Il était si tard que sa ? Bien sur travailler était un plaisir pour moi, j'aimais créer, gouter et le contact avec les gens mais j'étais toujours surprise de la vitesse du temps. Oui... L'impression qu'il y'a deux heures a peine j'étais encore chez moi a caresser mon compagnon de route ne me quittais pas.

Je souhaiter une bonne fin de soirée au dernier client qui me retourna la politesse et me félicita pour le moelleux à la pêche. Très fier de moi je lui fis un grand sourire et il ne tarda pas à franchir la porte.

Je débarrassai et nettoyais la table avant d'aller mettre l'argent dans la caisse et de baisser les yeux vers ma montre.

Il était temps de fermer et de rentrer à la maison, mais au moment où je me penchais derrière le comptoir pour prendre ma veste, la clochette au-dessus de la porte sonna et je me relavais pour tomber face... A quelqu'un qui pourrait tout à fait être mannequin.

Des cheveux longs noirs, des traits fins et la peau d'une blancheur telle que je n'en avait jamais vu que sur les vampires, habillé d'une veste noire, d'un jean de la même couleur et d'une chemise blanche je le trouvais magnifique.

Je ne pus pas voir ses yeux qui étaient trop occupés à observer le décor magique mais j'étais sûr qu'ils devaient être magnifiques. Un être d'une telle splendeur ne pouvait pas avoir les yeux communs à presque toutes les populations.

Rougissant légèrement, je passais discrètement une main sur mon tee-shirt a manche longue et me félicitais d'avoir mis un jean et un foulard gris qui faisais a se qu'il parait ressortir mon teint.

Spoiler:
 

Il vint s'installer devant moi, au bar et continua a regarder les lieux. Penchant légèrement la tête dans l’espoir de voir ses yeux, je déclarais :

- Bonjour, vous désirez ?



Dernière édition par Aube Sweet le Mer 8 Fév - 16:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mer 8 Fév - 12:27

Ambrose, assis au comptoir, tourna brusquement la tête vers l'origine de la voix et découvrit... une demoiselle tout à fait charmante! Il lui fit un de ses fameux sourires à la mode 'prince charmant', tout en repensant avec dégoût à quel point il avait pu être dragueur et infidèle, autrefois... Après s'être juré intérieurement pour la énième fois qu'il ne serait plus jamais aussi stupide et arrogant qu'autrefois, il s'assit convenablement sur la colonne qui servait de banc et plongea son regard violet intense dans celui de la demoiselle.


Un de ses amis lui avait déjà dit par le passé que son allure et sa façon de marcher lui donnait toujours l'air prétentieux, arrogant et égocentrique. Même si son caractère et sa manière de penser avaient effectivement beaucoup changé depuis sa malédiction, sa façon de marcher, quand à elle, était toujours resté la même! Le métamorphe n'y pouvait même rien: il ne le faisait pas exprès.
Le professeur de CDS, sans lâcher du regard la demoiselle derrière le comptoir, lui fit un autre sourire avant de prendre la parole:


"Bonjour Milady! Veuillez m'excuser, mais je n'ai pas pu m'empêcher d'entrer: ce décor est absolument stupéfiant! Je n'ai jamais rien vu de tel, auparavant. J'espère que je ne tombe pas mal: il faisait froid et j'ai une petite soif. Je me laisserais bien tenter par un Souffle Nordique, si vous ne fermez pas tout de suite..."

A vrai dire, Ambrose ne savait pas du tout à quelle heure ce salon de thé fermait: il avait été tellement obnubilé par le décor vivant qu'il n'avait même pas prit la peine de lire les horaires! Il espérait juste ne pas être arrivé comme un cheveu sur la soupe au moment de la fermeture...

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mer 8 Fév - 17:08

L’homme tourna la tête vers moi et j’écarquillais les yeux en voyant les siens. Ils étaient violet, mais pas le violet moche que les scientifiques essayent de reproduire, non là c’était tout autre chose. Leur couleur était celle du violet le plus pur, le plus beau que j’ai jamais vue.

J’avais l’impression que des aurores boréales violettes dansaient dans ses yeux, tourbillonnant et me faisant tomber sous son charme.

Cet homme au physique parfait était un piège. Oui car beauté ne riment pas toujours avec gentillesse. Et si c’était le cas, alors ils n’étaient jamais intéressés par autre choses que les mannequins avec des courbes avantageuses, une taille de girafe et tout se qui va avec.

« Oh mince, il utilise la technique du sourire Ultra-Bright ! »

A cette pensée, je me rendis compte qu’il parler et je me donnais une claque mentale. Tellement plongée dans mes rêveries je n’avais pas prêter attention a ses paroles.

- Pardon, j’étais ailleurs et n’ai pas bien compris se que vous avez dit. Puis toujours sous le charme de ses yeux, je continuais. Vous savez, vous avez une couleur des yeux particulièrement étonnante. C’est très rare, vous n’auriez pas des gênes veelas par hasard ? Parce que comme vous j'ai une couleur assez peu commune et je sais que c'est du a un de mes ancêtres qui était de cette espèce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mer 8 Fév - 17:48

La demoiselle sembla absente pendant un petit paquet de secondes, comme si elle s'était figée: apparemment, Ambrose semblait lui faire autant d'effet qu'elle lui en faisait! Elle sembla reprendre ses esprits et lui avoua avoir eu un moment d'absence, et donc, n'avoir rien entendu de ce qu'il avait dit. Ambrose esquissa un petit sourie amusé avant de répondre:

"Je disais juste que votre décor était impressionnant: je n'ai jamais vu quelque chose de semblable de toute ma vie. Je me demandais aussi si vous ne fermiez pas tout de suite, car j'aurais aimé goûter l'un de vos cocktails: le Souffle Nordique me paraît approprié à la saison..."

La demoiselle lui demanda ensuite s'il avait des gênes veelas qui pourraient expliquer la couleur inhabituelle de ses yeux. Nouveau sourire amusé:

"Ah ça! Mes yeux et moi-même vous remercions de ce compliment, et je vous le retourne: je n'ai jamais vu personne avec des yeux aussi bleus que les vôtres! Non, je n'ai pas de gênes veelas. Je ne suis qu'un simple métamorphe... dans une situation guère enviable, certes: mais métamorphe tout de même!"

Le professeur de CDS se demanda quel âge pouvait avoir la demoiselle, avant de se demander si elle était célibataire. Quand il se rendit compte du genre de questions qu'il se posait, il se gifla mentalement: ce n'était vraiment, mais alors vraiment pas le moment de faire n'importe quoi! Et puis, même si cette fille était célibataire, qu'es-ce qui lui garantissait qu'elle voudrait le fréquenter?

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mer 8 Fév - 19:48

L’Ange face a moi eu un sourire amusé et je piquais un fard. Levant une de mes mains jusqu'à mon cou j’essayais de détendre mes muscles crispés et arrêtais bien vite quand il se mit à parler. Pas question d’avoir une seconde fois la honte de lui demander de répéter. Qu’allait-il pensé ?

"Je disais juste que votre décor était impressionnant: je n'ai jamais vu quelque chose de semblable de toute ma vie. Je me demandais aussi si vous ne fermiez pas tout de suite, car j'aurais aimé goûter l'un de vos cocktails: le Souffle Nordique me paraît approprié à la saison..."

Nouveau sourire amusée qui m’envouta encore davantage si je ne l’étais pas encore tout à fait.

"Ah ça! Mes yeux et moi-même vous remercions de ce compliment, et je vous le retourne: je n'ai jamais vu personne avec des yeux aussi bleus que les vôtres! Non, je n'ai pas de gênes veelas. Je ne suis qu'un simple métamorphe... dans une situation guère enviable, certes: mais métamorphe tout de même!"

Baissant les yeux je les fixais sur le comptoir et m’aperçut que je tenais toujours mon manteau a la main. Je le roulais en boule avant de le glisser sous le comptoir et fit un sourire très professionnelle a mon client.

Oui voilà. Les histoires d’un soir, c’était assez. J’avais besoin de stabilité, d’être aimé au quotidien. Bon pour sa je devais apprendre à faire confiance car vivre comme une sauvage durant des années dans les bois n’aidait pas a la sociabilité je puis vous l’assurer…

En me tournant je pris la vodka sur une étagère ainsi que tout les ingrédients nécessaire au cocktail. Après avoir assemblé le tout je coupais une feuille de menthe et la transféré dans le glaçon avant de le mettre au fond.

Je fis demi-tour en gardant légèrement les yeux baissé de peur d’avoir à nouveau des palpitements cardiaque.

Après avoir appuyé sur le bouton marche de la théière je répondis à la question de… et me rendis compte que je ne connaissais même pas son nom. Je n’allais pas l’appeler BG quand même ? Posé la question discrètement durant la réponse…

- Je vous remercie pour les compliments aux sujets de la magie des lieux et de mes yeux. Sinon j’allais effectivement fermer, mais j’aime mon travail et puis nous discutons, ce n’est donc pas tout n’à fait comme si je travaillais. Je fis un sourire charmeur avant de continuer. De plus je préfère faire du froid dans un cocktail plutôt que sortir dans le froid, pour cela vous avez de la chance vous autres métamorphe, ayant le sang chaud vous êtes probablement moins sensible aux basses températures. Même si vous êtes désavantagés le soir de pleine lune. Et pour votre situation… Nous avons tous un passé, certains nous suivent plus que d’autres c’est tout.

Je souris et pensais que parfois le passé nous forcé à faire des choses dans le futur... et en plus je n'avais pas pu en profiter pour lui demander son nom !


Dernière édition par Aube Sweet le Mer 15 Fév - 7:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mer 8 Fév - 20:18

La demoiselle semblait visiblement tendue comme un arc, ou bien gênée et mal à l'aise. Ambrose se demanda ce qu'il avait bien pu dire pour la gêner ainsi... Finalement, elle lui fit un sourire et prépara méthodiquement le cocktail juste sous ses yeux. Le professeur de CDS la regarda faire avec un certain respect: il avait toujours admiré la mémoire prodigieuse des cuisiniers et des barmans. Comment faisaient-ils pour retenir la composition de toutes leurs spécialités? De plus, certains avaient une carte si fournie que retenir les ingrédients nécessaires à chaque préparation relevait carrément du surréalisme!

La jolie jeune femme avoua au métamorphe qu'elle allait effectivement fermer, ce qui renforça le sentiment d'Ambrose d'arriver comme un cheveu sur la soupe... Décidément, il avait vraiment mérité l'oscar du pire boulet de Monster Town! Pensée qui fit travailler sa conscience lorsqu'il se rendit compte qu'il s'était comporté comme un malpoli...


"Mais quel goujat je fais: je vous dérange en pleine fermeture, je vous prend de votre temps précieux, et en plus de ça, je ne me suis même pas présenté! Je m'appelle Ambrose Hell'Curse, prince de la Fine Foirmeacha a Mhalartú, ou tribu des changeformes en français, et actuel professeur de Contrôle de Soi du lycée Monster High."

Il inclina la tête en esquissant un petit sourire énigmatique, comme le voulait l'usage de salutation des familles royales gaéliques de l'ancienne Irlande celte.

"Pourrais-je connaître le nom de la ravissante jeune femme que j'ai l'outrecuidance de déranger en pleine fermeture?"

Ça y est, c'était reparti! Dès qu'il s'adressait à un beau spécimen de la gente féminine, il retrouvait aussitôt toutes ses bonnes manières royales: à croire que c'était fait exprès!

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Ven 10 Fév - 12:00

Il resta un court moment pensif avant de déclarer :

"Mais quel goujat je fais: je vous dérange en pleine fermeture, je vous prends de votre temps précieux, et en plus de ça, je ne me suis même pas présenté! Je m'appelle Ambrose Hell'Curse, prince de la Fine Foirmeacha a Mhalartú, ou tribu des changeformes en français, et actuel professeur de Contrôle de Soi du lycée Monster High."

L’envie de l’embrasser pour le faire taire me fit rougir de gêne. Décidément, aujourd’hui était une journée spéciale rougissement !

Et quand en inclinant légèrement la tête, il me fit un sourire ténébreux je me pinçais pour ne pas bouger. S’il remarquait mon intérêt… non je n’avais même pas envie d’y penser.

J’avais décidée d’être sérieuse et j’allais m’y tenir… sauf si il désiré une relation a longue durée, là je pourrais peut-être me laisser tenter par ses sublimes yeux. Mais ne pas y penser et faire comme si de rien n’était.

"Pourrais-je connaître le nom de la ravissante jeune femme que j'ai l'outrecuidance de déranger en pleine fermeture?"

- Je m’appelle Aube Sweet, magicienne du dernier socle et propriétaire de « L’Antiquité ». Je fis un vague signe de la main en désignant l’ensemble du lieu. Et comme je viens de vous le dire, sa ne me dérange pas de fermer plus tard. Au pire mon animal de compagnie me pardonnera quand je lui aurais donné double ration de biscuit au yaourt. Et puis ce n’est pas comme si vous étiez de mauvaise compagnie, dis-je en lui faisant un clin d'oeil amusé.

Je remplie une tasse de l’eau bouillante quand elle fut prête et y mit un sachet d’un de mes thés préférés : « Thés des Songes ».


Dernière édition par Aube Sweet le Mer 15 Fév - 7:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Lun 13 Fév - 15:18

Ambrose nota immédiatement le nom de la demoiselle: Aube Sweet. Un nom qui sonnait tout à fait bien pour un aussi charmant minois! Et si son caractère était aussi doux que son visage et que son nom de famille, elle risquait de vraiment trop lui plaire pour qu'il ne puisse s'abstenir de lui faire la cour. Mais, n'était-il pas déjà en train de lui faire la cour? Ambrose se prit à se demander si c'était une si bonne idée que ça: elle cherchait probablement une véritable relation, et lui s'éclipserait très vraisemblablement aussitôt le soleil levé pour ne pas qu'elle comprenne qu'il était maudit. Et s'éclipser en douce sans prévenir, c'était tout sauf digne d'un prince!

Le métamorphe se rendit compte que son cocktail l'attendait, sagement posé sur le comptoir devant lui, et ce, depuis probablement un bon moment: il ne l'avait même pas remarqué! Quand es-ce que la charmante mademoiselle Sweet l'avait-elle terminé? Quand l'avait-elle posé devant lui? Évidemment qu'il n'en savait rien: il la draguait depuis tout à l'heure sans se préoccuper de ce qui se passait autour de lui! Ambrose se mit mentalement une gifle monumentale avant d'attraper son verre et de boire deux ou trois petites gorgées du breuvage: le goût lui fit penser aux légendaires chutes du Niagara Canadiennes, aux immensités enneigées des pôles Nord et Sud, et au sommet venteux et glacé de l'Everest. En bref, une petite merveille de cocktail qui portait son nom à la perfection!

Ambrose leva les yeux vers Aube et lui fit un sourire à la mode 'freedent allwhite'.


"C'est absolument délicieux! Je n'ai encore jamais goûté de cocktail aussi riche en sentiments!"

Et il était sérieux! Après, pour le peu de breuvages alcoolisés qu'il avait bu dans sa vie... Le prince maudit leva son regard vers la demoiselle et fixa encore une fois celle-ci de ses yeux violet intense: son regard était fixe, insistant, comme s'il voulait plonger dans les pensées de la magicienne et qu'il tentait désespérément de voir à travers son âme...

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mar 14 Fév - 18:18

Je portais mes deux mains sous mon menton quand l'être physiquement parfait face à moi porta le cocktail à ses lèvres et je patientais. Il n'eut d'abord pas vraiment de réaction puis je vis dans son regard l'intelligence pointait le bout de son nez et chercher à l'analyser.

Un petit silence s'installa, mais pas un silence gêné. Non j'étais comme à l'aise près de lui. Pourtant... s'il avait était des leurs, de ceux qui avaient tué mes parents, je le sentirais, la magie me donnant toujours comme des avertissements quand le danger me guettait. Cela m'avait d'ailleurs souvent étais utile dans le passé.

Mais au contraire, a cet instant précis c'était comme si elle me poussait vers lui, me donnant l'impression que d'être serrée dans ses bras forts serais identiques à celle qu'on ressent le matin. Quand on sait que nous avons des choses à faire dans la journée mais qu'on est trop confortablement installés dans notre lit, au chaud sous notre couette ? Et bien j'avais la même impression envers cet homme que je ne connaissais que depuis une quinzaine de minutes.

Il me fit à nouveau le coup du sourire ultra bright et je dus faire un énorme effort pour ne pas sourire comme une gamine devant son premier béguin. N'allais pas vous méprendre, se n'était pas un béguin du tout ! Seulement une petite attirance... Bon sang, croyais-je vraiment a ce que je venais de penser ? Une seconde baffe mentale me remit les idées en places pour un moment.

"C'est absolument délicieux! Je n'ai encore jamais goûté de cocktail aussi riche en sentiments!"

Ces quelques mots me firent sourire de bonheur, c'était si rare que les clients me disent ouvertement que c'était bon.

Ses yeux me fixèrent et je les fixais également. Plongeant en eux, m'émerveillant de cette couleur violette si pur et si riche qui me fixait.

Et soudain j’eus peur. Peur qu'il voit clair en moi, qu'il découvre mes failles et mes cauchemars.

Sauf qu'il n'est jamais bon d'avoir peur quand on contrôle quelque chose, parce qu'alors notre concentration se brise et ce qui devais arrivé, arriva. Ma magie qui était si agitée en présence de cet homme brisa sa barrière.

Au lieu de contrôler la magie c'était désormais elle qui avaient le contrôle. Et je me retrouvais a ne plus rien voir que d'autres que les pupilles sombres de l'homme.

Tout d'abord, il ne se passa rien puis l'obscurité disparut au profit d'une clairière bordée d'arbre sous une lune pâle et pleine. Le vent fit vivement bouger les branches des arbres avant que le calme ne revienne.

Je serrais mes bras contre moi ne cherchant pas à bouger, sachant que de toute façon je ne pourrais pas partir tant que la magie ne m'aurais pas fait voir ce qu'elle voulait que je vois. J'attendis jusqu'à ce qu'une ombre sorte du couvert des arbres.

Une créature s'approchait de moi. Quelque chose qui ressemblait à un dinosaure, des pointes luisantes sous la lune recouvrait sa tête et son cou. Plus grand que moi il ne cessait de se rapprocher alors que je me demandais ce qu'il y avais à voir la dedans. Pourquoi me montrer un dinosaure qui avait certainement disparus depuis très longtemps ?

Fronçant les sourcils je le vis se métamorphoser en se rapprochant davantage. Il avait désormais une tête de bélier à crocs et des ailes immenses et immaculées. Il avait l'air mal nourrit vu sa maigreur mais peut-être étais-ce du a son espèce.

En se rapprochant encore davantage, la même transformation qu'auparavant eu lieu et la tête de bélier devint une créature a cornes, oranges d'après ce que je pouvais en voir et gigantesque de taille. Derrière lui une queue se balançait au fur et à mesure de sa marche.

L'être devint une créature à la fourrure brune et toujours ses cornes qui avaient de s'agrandir plus encore a chacune des transformations. Ses poignets étaient cerclés d'une sorte de bracelet ressemblant à de l'or et à ses deux bras, des griffes recourbées faisaient offices de doigts.

Trois mètres environ face à moi, il se transforma encore une fois en quelque chose de blanc et gris. Alors que les transformations précédentes ressemblaient à des dinosaures et des canidés/félins, lui me fit penser à une sauterelle hivernale. Doté d'une crinière aussi pâle que la neige, de quatre bras et de jambe forte et haute, la créature en imposé.

La créature s'approchait toujours plus quand il changea pour la sixième fois, devenant la copie conforme d'Ambrose Hell'Curse. Portant mes mains à mes lèvres pour retenir une exclamation de stupeur je le fixais.

Ainsi voilà ce que la magie voulait que je voie. Le futur ? Ou l'être aux allures d'anges m'avait-il menti et ce que je voyais faisais partie de son passé ?

Mais il n'avait pas menti sur une chose. Bientôt un seul mètre nous séparait et il se transforma en loup. Un loup sombre aux yeux violets qui, quand je tendis la main pour lui caresser l'oreille, se retransforma en humain. L'humain porte alors lui aussi la main à ma joue et c'est alors que je remarquais quelque chose. A nos mains, deux bagues identiques faites de lierres.

Le décor se mit à tourner, bientôt tout redevint noir et de nouveau l'obscurité s'estompa au profit du réelle. Je toussais et respirer vite telle une noyée, alors que j'étais allongée par terre. J'avais du m'évanouir et tomber au sol. J'entourais mes jambes de mes bras pour cesser de trembler et oser lui lancer un coup d'œil à la ronde pour savoir si le métamorphe était encore là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mer 15 Fév - 20:01

Ambrose, se rendant compte qu'il fixait Aube avec trop d'insistance, détourna le regard et savourait plutôt son cocktail avec délectation: c'était si bon! Frais et revigorant tout à la fois! Il jeta un œil à travers la vitrine et vit que la nuit était claire: aucun nuage dans le ciel, pas un seul souffle de vent, et la lune était plus rousse que jamais. Presque rouge en fait... Aïe! Rouge? Les lunes rouges étaient le sujet de beaucoup d'appréhensions dans la famille royale dont était issu notre métamorphe: parfois cela signifiait un grand malheur, parfois un bonheur incommensurable, mais toujours un changement bouleversant, qu'il soit bon ou mauvais.

Lorsque le prince maudit posa de nouveau les yeux sur Aube... il ne la vit plus! Il posa vite son verre devant lui et tourna la tête de tous les côtés: mais où diable était-elle donc passée? Il se leva et fit deux ou trois pas vers l'autre côté du comptoir, quand il la vit: elle était allongée par-terre et était parcourue de petits tremblements sans doute involontaires. Ambrose se précipita aux côtés de la demoiselle: il s'agenouilla derrière elle, lui souleva le haut du corps et l'adossa à ses genoux pliés sous lui.


"Mademoiselle Sweet! Réveillez-vous! Je suis professeur de CDS, pas médecin!..."

C'était tout lui, ça: réussir à faire de l'humour dans un moment pareil, alors qu'il essayait tant bien que mal de contenir sa peur qu'il n'arrive quelque chose de grave à cette si charmante demoiselle. Mais son appréhension fut de courte durée: elle finit par rouvrir les yeux, et s'asseyant, passa ses bras autour de ses genoux. Quand elle regarda autour d'elle et que leurs regards se croisèrent, Ambrose poussa un soupir soulagé:

"Vous m'avez fait une de ces peurs! Qu'es-ce qui vous est arrivé? Vous n'avez rien de grave, j'espère?"

Il était hors de question pour le professeur de CDS de Monster High de partir sans savoir ce qui était arrivé à Aube: il avait eut une telle trouille!

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Ven 17 Fév - 18:19

Mes yeux tombèrent sur Ambrose et le virent pousser un soupir soulagée. Avait-il été inquiet pour moi ? J’aurais souris si je n’avais pas cet affreux mal de crâne.

"Vous m'avez fait une de ces peurs! Qu'es-ce qui vous est arrivé? Vous n'avez rien de grave, j'espère?"

Portant mes mains à ma tête, je fis une grimace de douleur. Après un court temps ou mon cœur ralentit de sa course folle, je dis :

- En faite, je n’ai pas totalement dit la vérité tout a l’heure. Je ne suis pas dite magicienne du dernier socle bien que j’ai la puissance nécessaire. Pour avoir se statut il faut avoir eu des cours spécials et avoir passé un examen de magie très difficile. Sauf que pour des raisons personnelles, je n’ai jamais pris contact avec les hauts magiciens. Et je contrôle ma magie quand elle n’est pas excité, hors elle l’est en votre présence. Et j’ai reçu tout a l’heure une… forte émotion dirons-nous, qui a fait que mes barrières se sont brisées. Et j’ai eu se que l’on appelle une « vision » à propos de vous.

Devais-je lui dire se que j’avais vue ? Et si c’était le futur ? Mon devoir était de l’avertir non ? Mais ces bagues… Je pouvais toujours lui parler du début et pas vraiment de la fin, ou plutôt une version made Aube, non ?

Je baissais mes mains sur mes genoux et tournais la tête vers lui.

- Dans cette vision j’ai vue cinq espèces surnaturelles, chacune en avançant d’un mètre dans ma direction se transformer en la suivante et ainsi de suite jusqu'à se qu’elle se transforme en… vous. Vous auriez peut-être pu m’en avertir non ? Enfin si cette vison est dans le domaine du passé sinon et bien vous devriez faire attention a ne pas devenir un maudit. Et enfin…

Je marchais sur les genoux jusqu'à lui et lui prit ses deux mains que je levais vers moi. Aucune alliance, ni sur l’annulaire droit, ni sur le gauche.

- A ce que je vois vous n’êtes pas marié et donc la fin de ma vision est du futur. Vous allez vous marié a une magicienne. Dans ma vision vous aviez une bague faites de lierre, symbole de l’éternité, elle est utilisée par les magiciens pour prêter fidélité à l’être aimé. C’est aussi important pour nous que pour les métamorphes le serment à la lune. C’est comme sa, c’est sacré.

Ses mains étaient douces et je fis semblant de ne pas me rendre compte que je les tenais encore pour ne pas les lâcher. Bizarrement, leurs contacts apaiser ma magie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Ven 17 Fév - 19:09

La magicienne avoua au métamorphe qu'elle avait eut une vision à propos de lui, vision dans laquelle elle avait vu cinq créatures se métamorphoser finalement en lui: aïe... C'est pas possible! Cette saloperie de malédiction allait vraiment le suivre partout ou quoi? Ambrose eut un ricanement ironique, qu'il assortit d'un sourire gêné:

"Je ne vois pas pourquoi je devrais raconter ma vie à une inconnue, aussi charmante soit elle. Mais puisque vous semblez avoir vu une fraction infime de ma vie, je crois que je vais tout vous expliquer. Cette vision que vous avez eu n'est pas mon avenir, et pas la totalité de mon passé: il s'agit de mon passé récent, et mon présent. Oui, je suis maudit."

Le prince maudit fit une pause gênée: il avala difficilement sa salive avant d'expliquer succinctement:

"Un soir, une mendiante est venue demander le gîte pour la nuit, et je l'ai envoyé balader pas très gentiment. J'ignorais qu'il s'agissait en réalité d'une chamane: pour me punir de ma méchanceté, elle m'a maudit en me disant que je le resterait tant que je n'apprendrais pas la bonté et l'humilité. Depuis, c'est la nuit et les quatre saisons qui choisissent mon apparence..."

Nouvelle pause gênée.

"La nuit, je suis un raptor mécanique. Au printemps, je ressemble à un humanoïde ailé avec un crâne de dragon. En Été, je me présente sous les traits d'un bête gigantesque quadrupède au pelage orange feu. En automne, j'ai l'apparence d'une chimère anthropomorphe et en hiver, je suis un Wendigo polaire... Ce n'est que les nuits de lune rousse et de pleine lune que je retrouve ma véritable apparence."

Ambrose n'osait pas regarder Aube dans les yeux: il était terrifié à l'idée qu'elle puisse le regarder comme un sale type égoïste qui l'avait bien cherché et qui méritait ce qui lui arrivait.

"Je suis désolé: je ne voulais pas vous le dire. J'ignore pourquoi, mais je ne veux pas que vous me repoussiez. Alors j'ai préféré me taire..."

La demoiselle prit ses mains dans les siennes, et Ambrose eut un drôle de frisson le long des vertèbres: ce contact était très agréable, mais il ne pouvait pas se permettre de laisser les choses aller plus loin. Elle n'accepterait jamais de le fréquenter si elle avait un peu de bon sens: qui de sain d'esprit voudrait sortir avec un homme maudit pour sa méchanceté? Exactement: personne! Alors, pourquoi cette jolie jeune femme le ferait-elle? Elle avait l'air tout à fait saine d'esprit: elle ne ferait donc jamais une chose pareille...

Ambrose, poussé par un murmure de son instinct, finit tout de même par lever les yeux vers Aube, et... il se perdit dans le bleu électrisant de ses yeux. Inconsciemment, sa main droite remonta vers le visage de la demoiselle, et vint se poser sur sa nuque, juste au-dessus des vertèbres cervicales. Ce bleu, ce bleu, tout ce bleu: que de bleu, à s'y noyer! Sans vraiment s'en rendre compte, Ambrose approcha le visage d'Aube vers le sien, tout doucement, de plus en plus près, jusqu'à poser enfin ses lèvres contre celles de la jeune femme.


[Musique d'ambiance (le clip est vraiment magnifique, en plus! ^^) => https://www.youtube.com/watch?v=ejrcB543tUI]

Une sensation délicieuse se répandit dans tout son corps: comme si des dizaines de tiroirs s'ouvraient brusquement d'un seul coup, tous à la fois, pour déverser des dizaines de sentiments dans son esprit, comme un arc-en-ciel de couleurs. Tout se mélangeait: le noir du mauvais passé, le blanc de la paix, le rouge de la colère, le vert de la peur, le orange de la méfiance et de l'appréhension, le bleu du bonheur, le jaune de la joie, le gris de la tristesse, le rose du désir intense, le brun de la perdition, et enfin, la plus parfaite des couleurs, le violet de la sérénité...

Ambrose nageait dans un océan de sentiments aux couleurs vives, intenses, lumineuses et fluorescentes: il se noyait dans ce lac sans fond, mais cela lui plaisait. Jusqu'à ce qu'il rouvre les yeux et qu'il revienne à la réalité: il se rendit compte qu'il était en train d'embrasser Aube sans lui avoir demandé son avis! Le prince maudit sursauta et rompit immédiatement le baiser: la magie des sentiments colorés disparu, se volatilisant sur-le-champ. Il regarda la demoiselle d'un air totalement perdu: mais il était devenu dingue ou quoi? Gêné encore davantage que tout à l'heure, il bredouilla:


"Je... pardonnez mon culot... je n'aurais pas dû... je ne vous importunerais plus... je suis désolé..."

Ambrose se leva en hâte, et se dirigea d'un pas vif vers la porte d'entrée du salon de thé. Mais quand il posa la main sur la poignée de la porte, son instinct lui souffla de ne pas partir, de rester encore un peu. Un étrange chatouillis, très léger mais reconnaissable entre mille, lui donna l'impression d'avoir des papillons dans l'estomac: la malédiction... Quelque chose l'avait perturbée: et si c'était ce baiser? NON! Avec l'affront avec lequel il s'était comporté, la seule chose qu'il méritait, c'était le surnom de goujat! Secouant la tête de droite à gauche, il abaissa la poignée: c'est alors que quelque chose le retint...

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Dim 19 Fév - 18:28

Il eu un rire et je baissais la tête, se moquait-il de moi ?

"Je ne vois pas pourquoi je devrais raconter ma vie à une inconnue, aussi charmante soit elle."

J’eu l’impression que mon cœur se briser en morceau. Bon sang, non ! Je ne devais pas souffrir parce qu’un client me traiter d’inconnue, charmante peut-être, mais inconnue quand même. Pourtant, la sensation de sentir mon cœur pris dans un étau continuer.

"Mais puisque vous semblez avoir vu une fraction infime de ma vie, je crois que je vais tout vous expliquer. Cette vision que vous avez eu n'est pas mon avenir, et pas la totalité de mon passé: il s'agit de mon passé récent, et mon présent. Oui, je suis maudit."

Je relevais vivement la tête à cette phrase. Alors il était vraiment maudit. Qu’avais t’il fait pour cela ?

"Un soir, une mendiante est venue demander le gîte pour la nuit, et je l'ai envoyé balader pas très gentiment. J'ignorais qu'il s'agissait en réalité d’une chamane: pour me punir de ma méchanceté, elle m'a maudit en me disant que je le resterais tant que je n'apprendrais pas la bonté et l'humilité. Depuis, c'est la nuit et les quatre saisons qui choisissent mon apparence..."

La bonté et l’humilité ? La nuit et les quatres saisons ? Il n’avais vraiment pas du être gentil pour qu’elle le punissent aussi durement.

"La nuit, je suis un raptor mécanique. Au printemps, je ressemble à un humanoïde ailé avec un crâne de dragon. En Été, je me présente sous les traits d'une bête gigantesque quadrupède au pelage orange feu. En automne, j'ai l'apparence d'une chimère anthropomorphe et en hiver, je suis un Wendigo polaire... Ce n'est que les nuits de lune rousse et de pleine lune que je retrouve ma véritable apparence."

Jetant un œil au dehors, j’aperçus qu’en effet la lune était rousse.

"Je suis désolé: je ne voulais pas vous le dire. J'ignore pourquoi, mais je ne veux pas que vous me repoussiez. Alors j'ai préféré me taire..."

Un doux sourire s’installa sur mes lèvres. Comment aurais-je pus le repousser ? Il faisait une tête et demie de plus que moi et devais peser plus lourd ! Et la magie ne m’aurais certainement pas aidé non, en tous cas pas sur lui. J’eu un court instant l’espoir que son corps ressente la même attraction envers le mien avant de me souvenir que nous ne devions que nous connaitre depuis une demi-heure. Quel homme censé serait attiré par une magicienne au flou passé et qu’il ne connaissait que depuis peu ? Personne bien sur.

Pourtant mon cœur battait plus fort, l’espoir n’était pas tout à fait parti.

« Mais allez un peu d'espoir
Ce n'est pas fini
La vie commence peut-être tard
Mais n'est pas tombée dans l'oubli »*

Il releva la tête qu’il avait baissée auparavant et nos regards se rencontrèrent. Bleu contre violet. Sa main passa dans mon cou et je cédais a la douce pression, supprimant les quelques centimètres qui nous séparait et lentement, poser mes lèvres sur les siennes.

Mon cœur éclata, ma peau fourmilla et j’oubliais tout se qu’il y’avais autour de moi. Mon pouvoir éclata et se fus comme si ma peau allait se détacher mais la seconde suivante tout avais disparue.

Tout était sous contrôle et la peur que je supporter constamment avait laissé place à la sérénité. J’étais heureuse, comme si j’avais trouvée mon chez moi.

Tout cessa brusquement et les larmes me montèrent aux yeux. Lui me fixais avec un air ébahi et… j’eu peur à nouveau. Peur de ne jamais retrouvée ces sensations. Peur qu’il me hait. Peur d’avoir mal agis.

"Je... pardonnez mon culot... je n'aurais pas dû... je ne vous importunerais plus... je suis désolé..."


Je n’eu pas le temps de répondre qu’il n’était déjà plus devant moi. Sautant sur mes jambes je le rattraper alors qu’il allait sortir.

Passant mes bras autour de sa taille, je me fis le plus lourde possible sur mes jambes. S’il partait, il devrait m’emmener avec lui parce que je n’allais pas le lâcher. Mais avant qu’il décide de continuer sa route je pris la parole.

- Je vous interdis de partir vous m’entendez ! Ce baiser, je n’ai pas fais signe de m’y désister et je le voulais autant que vous ! Et s’il fallait recommencer, je recommencerais !

Mais qu’est-ce que je disais ? Il allait me prendre pour une folle ! On n’annonçait pas ça comme sa !

Tant pis c’était dit. J’appuyais ma tête entre ses omoplates dorsales et dit plus doucement et posément :

- Je suis désolée. J’ai tendance a paniquée et je ne me rends pas vraiment compte de se que je dis. J’ai aimée ce baiser, je vous l’assure ! Et… vous n’avez pas à vous excuser. Vraiment. Et comme je vous l’ai dit tout a l’heure, vous ne me dérangez pas. Au contraire, bizarrement a votre contact ma magie s’apaise.

Je fermais les yeux et resserrais encore un peu ma prise sur sa taille.



*Paroles de Joyce Jonathan: "Je ne sais pas".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Dim 19 Fév - 19:40

Au moment même où Ambrose abaissa la poignée de la porte d'entrée du salon de thé pour sortir, il sentit des bras enlacer sa taille, et réprima un frisson de désir. Aube s'accrochait à lui comme une sangsue à sa proie, et semblait ne pas vouloir le lâcher d'un seul pouce...

"Je vous interdis de partir vous m’entendez? Ce baiser, je n’ai pas fais signe de m’y désister et je le voulais autant que vous! Et s’il fallait recommencer, je recommencerais!"

Ambrose laissa la poignée de la porte remonter sans l'ouvrir: ainsi, la demoiselle Sweet ne lui en voulait pas?

"Je suis désolée... J’ai tendance à paniquer et je ne me rends pas vraiment compte de ce que je dis. J’ai aimé ce baiser, je vous l’assure! Et… vous n’avez pas à vous excuser. Vraiment. Et comme je vous l’ai dit tout a l’heure, vous ne me dérangez pas. Au contraire, bizarrement à votre contact, ma magie s’apaise..."

Ambrose sentit qu'Aube posait sa tête contre son dos et resserrait sa prise sur sa taille: elle semblait tout faire pour le retenir... Le prince maudit leva la tête vers le ciel magique de l'Antiquité et un sourire joyeux étira ses lèvres tandis qu'une larme de soulagement roulait le long de sa joue: elle semblait l'aimer vraiment... Même en sachant tout de sa condition... Elle... tenait à lui. Quelque chose que seule la petite Marie avait fait pour lui jusqu'à présent... La main du métamorphe lâcha la poignée de la porte d'entrée et vint se poser sur les mains d'Aube, les caressant doucement: la larme solitaire tomba de son visage et vint s'écraser sur le poignet gauche de la magicienne.

Ambrose se retourna lentement vers la demoiselle et plongea de nouveau son regard violet intense dans le bleu électrisant de ses yeux. Il posa sa main droite sur la taille d'Aube, et, la glissant dans son dos, l'attira tout contre lui. Sa main gauche vint à nouveau soutenir sa nuque et il se pencha de nouveau vers ses lèvres aussi douces que du velours. Encore une fois, il l'embrassa. Encore une fois, les sentiments colorés explosèrent en lui.
Encore une fois, la malédiction se troubla en lui: tandis que le baiser s'éternisait très agréablement, la malédiction qui sommeillait en lui sembla se recroqueviller, comme un serpent blessé. Il fut alors submergé par un sentiment qu'il n'avait encore jamais éprouvé: la sérénité...

Une paix douce, chaude et moelleuse sembla l'envelopper comme le cocon de soie protège le papillon à naître. Les lèvres du prince maudit quittèrent les lèvres d'Aube pour glisser sur son cou, puis sur sa gorge: il embrassa avec douceur la peau sucrée de la magicienne, sentant avec un délice infini sa malédiction qui gesticulait encore une fois dans son être même, comme si, en démontrant son désir pour Aube, il infligeait à la malédiction de la chamane des coups de poignard... Un rictus ironique étira ses lèvres tandis qu'il embrassait avec douceur et méticulosité le bas de la gorge d'Aube. Ses lèvres s'apprêtèrent à descendre encore davantage, quand Ambrose se rendit compte qu'il frôlait l'indescence de trop près...

Le métamorphe, enfiévré par son désir de posséder le corps velouté de la magicienne et sa petite victoire sur sa malédiction, eut un mal de chien à briser sa chaîne de baisers: mais la galanterie lui interdisait de continuer cela avec plus d'ardeur, sans compter que la maîtrise de soi n'était, paradoxalement et dans ce domaine, pas du tout son point fort! Ambrose avait toujours eut le plus grand mal à dire non aux avances d'une femme, déjà quand il vivait encore chez lui, dans son château d'Irlande. Alors imaginez, dans une salle magique vide de toute personne, en compagnie d'une ravissante demoiselle qui semblait l'apprécier autant que lui-même l'appréciait...

De sa main gauche, il attira le visage d'Aube contre son épaule et, d'une voix essoufflée de s'être battue contre son propre désir charnel, chuchota:


"Je suis désolé... mais la galanterie et le savoir-vivre m'empêchent d'aller plus loin... à moins que vous ne le désiriez autant que moi... En ce cas, je crois qu'il nous faudra faire davantage connaissance avant de nous hâter de nous offrir l'un à l'autre..."

A regret, le professeur de CDS prit le temps de se calmer et de reprendre ses esprits, avant de prendre le visage de la magicienne entre ses mains: il plongea encore une fois son regard dans le sien, posant son front contre celui d'Aube.

"J'ai l'impression d'avoir trouvé la seule personne au monde assez folle à lier pour aimer un être méprisable et maudit comme moi... Mais le professeur Erik Ghost avait apparemment raison quand il m'a dit, à son arrivée au lycée, que 'celui qui vit sans folie n'est pas aussi sage qu'il croit'..."

Un sourire amusé s'invita sur le visage du métamorphe: les proverbes avaient quelques fois tout à fait raison, et ce n'était que lorsqu'ils se réalisaient qu'on pouvait s'en rendre compte...

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Mar 28 Fév - 13:25

Le calme reposant de mon esprit s’effaça quand une goutte d’eau tomba sur ma main. Instinctivement je frottais ma main pour essuyer la larme et desserrais ma prise. Pleurait-il de tristesse ? Peut-être n’aurais-je pas du le retenir ? Mais qu’est-ce que je racontais ? Je n’avais pas eu le choix, mon corps s’était lancé a sa poursuite sans que mon esprit ne prenne le temps de réfléchir.

Il se retourna et nos regards se fixèrent l’un dans l’autre. Plaçant mes mains sur son torse, je sentis une des siennes se poser sur ma taille puis se glisser dans mon dos tandis que la seconde se placer sur ma nuque, me rapprochant davantage de son corps.

Nos lèvres se rencontrèrent et le sentiment de sécurité remplit mon cœur. Se sentiment grandit au fur et à mesure que le baiser se prolongea. La joie m’envahit ensuite, enivrante et me rendant légère jusqu'à ce que la paix vienne a son tour. Oui, j’étais en paix dans ses bras.

Ma peau me sembla brûler sous la caresse de ses lèvres quand elles glissèrent dans mon cou. Je savourais chacun de ses gestes. Sa main dans mon dos, l’autre sur ma taille, ses baisers dans mon cou… J’essayais de tous les graver dans ma mémoire, sachant que le souvenir ne serait jamais aussi beau que dans le feu de l’action.

"Je suis désolé... mais la galanterie et le savoir-vivre m'empêchent d'aller plus loin... à moins que vous ne le désiriez autant que moi... En ce cas, je crois qu'il nous faudra faire davantage connaissance avant de nous hâter de nous offrir l'un à l'autre..."

Mes paupières se soulevèrent brutalement. Quoi !

J’attendis que la brume recouvrant mon esprit se dissipe et reculer d’un pas. Pourquoi étais-je si faible en sa présence ? Je ne devais pas me laisser aller ! Et si quelqu’un de malveillant était entré dans la boutique ? Le temps que je me sépare de ses bras il aurait déjà était trop tard et cette personne aurais pu nous tirer dessus. Pire ! Si mes barrières magiques tombées, protection de Monster Town ou non, la puissance qui s’en dégagerait pourrait me localiser au conseil de la magie. Et alors se serais la mort…

Mais déjà le désire de retourner dans ses bras revenais me tourmenter. Pouvait-on devenir accro a une personne ?

Surement puisque quand ses mains vinrent encadrer mon visage et son front se poser contre le mien, je ne dit rien. Levant les yeux vers les siens j’eu l’impression que le violet était devenu plus sombre. Effet du désir ?

"J'ai l'impression d'avoir trouvé la seule personne au monde assez folle à lier pour aimer un être méprisable et maudit comme moi... Mais le professeur Erik Ghost avait apparemment raison quand il m'a dit, à son arrivée au lycée, que 'celui qui vit sans folie n'est pas aussi sage qu'il croit'..."

Je baissais les yeux. Je devais lui dire. Il avait été franc quand il m’avait parlé de sa malédiction, mais en même temps il ne m’avait pas tout dit de son passé non plus. Je n’avais qu’à dire une partie de ma vie et nous serions à égalité. Peut-être qu’il comprendrait pourquoi nous ne pouvions pas être aussi proche. Je m’entourais de mes bras et reculer.

- Je ne suis pas sure que se sois une bonne idée d’être aussi proche. On ne se connaît pas plus que sa et comme vous avez accepté de me parler de votre malédiction, je vais vous dire pourquoi il ne faut pas que vous me touchiez autant. Je suis une magicienne puissante, aux capacités égales aux magiciens siégeant au conseil. Mais je ne suis pas reconnue. Je ne suis pas censé être encore en vie puisqu’on a tué mes parents. Non attendez, je m’y prends mal et vous ne comprenez surement rien. Mes parents ont étaient assassinés. Par qui je ne suis pas sur mais je soupçonne le conseil et j’ai donc terminé mon enfance et passer mon adolescence à me cacher et a mettre en place des barrières mentales autour de ma magie puisque jusqu'à notre majorité nous pouvons être suivis. A ma majorité, les boucliers se sont solidifier et ma concentration a pu se relâcher un peu. Hors tout a l’heure, j’ai perdue le contrôle et j’espère vraiment ne pas avoir dégagé une puissance qui puisse passer au dessus des barrières de Monster Town. Hors je me sens si bien en votre présence que ma concentration disparais et que mes barrières tombent. Et je ne suis pas sur que se sois une bonne idée, je n’ai pas envie de chercher un nouvel endroit ou vivre. Pas alors que j’ai ouvert l’Antiquité et… j’en ai tout simplement assez de fuir, finis-je lassée. Pour vos soucis de malédiction, avez-vous déjà essayé des potions ou des sortilèges ? Pour les potions elles peuvent être efficaces si elle est faite en accord avec votre poids et votre poids. J’aime être près de vous, dans vos bras je me sens en sécurité, sauf que... Si j’apprends à vous connaitre, si je ressens des sentiments pour vous… Je ne veux plus souffrir.

J’aurais vraiment aimé pouvoir aller dans ses bras, hors j’étais dangereuse pour lui. Si le conseil me trouver, il tuerait toutes personnes m’ayant parlé plus que nécessaire. Je ne voulais pas qu’il souffre.

- Vous n’êtes pas un monstre. Vous êtes différent. Vous êtes spécial.

Je m’approchais et posais une main sur sa joue, la caressant du revers de la main.

- Vous êtes unique. Mais tout sa va peut-être un peu vite. J’ai… peur. Peur de perdre à nouveau se sentiment de sécurité. Peur d’être seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Dim 4 Mar - 10:46

Ambrose pressentait une révélation quand la demoiselle Sweet baissa les yeux. Et effectivement, révélation il y eu et elle ne fut pas longue à venir...

"... je me sens si bien en votre présence que ma concentration disparaît et que mes barrières tombent. Et je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée, je n’ai pas envie de chercher un nouvel endroit où vivre. Pas alors que j’ai ouvert l’Antiquité et… j’en ai tout simplement assez de fuir..."

Ainsi, elle avait simplement peur d'apporter au métamorphe davantage d'ennuis qu'il n'en avait déjà? Eh bien, pour être surprit, notre prince maudit le fut!

"Ne vous en faites pas pour moi: j'ai déjà pas mal d'ennuis, alors un de plus ou un de moins... ça ne changera pas grand chose!" répondit-il dans un sourire énigmatique.

La magicienne abandonna le sujet de leurs ennuis pour se concentrer sur le principal d'Ambrose: sa malédiction...


"Pour vos soucis de malédiction, avez-vous déjà essayé des potions ou des sortilèges? Pour les potions, elles peuvent être efficaces si elles sont faites en accord avec votre taille et votre poids."

Nouveau sourire énigmatique assortit d'un rire amusé:

"Hélas! Croyez-moi que j'ai déjà tout essayé, ou presque! Sortilèges, potions, liqueurs, bénédictions, tout y est passé! Apparemment et malheureusement pour moi, la chamane avait tout prévu... Non, je crois simplement que si j'arrive à devenir l'opposé de ce que j'étais autrefois, tout s'arrangera: et puis, au moins, maintenant, avec vous, j'ai enfin l'impression que ce n'est pas aussi terrible et impossible d'y arriver..."

Aube s'ouvrit de nouveau à lui et Ambrose l'écouta, chose qu'il n'avait jamais faite autrefois:

"J’aime être près de vous: dans vos bras, je me sens en sécurité. Sauf que... si j’apprends à vous connaître, si j'ai des sentiments pour vous… je ne veux plus souffrir..."

La réponse ne se fit pas attendre:

"Moi aussi j'aime être auprès de vous. J'ai l'impression que ressentir la compassion, la douceur et la bonté n'est plus quelque chose d'impossible à atteindre, mais cela devient quelque chose de normal à ressentir... Je comprends que vous ne vouliez plus souffrir: moi, je ne veux plus faire souffrir..."

Le regard qu'elle posait sur lui donnait à Ambrose des frissons: on aurait presque dit qu'elle voulait voir à travers lui.

"Vous n’êtes pas un monstre. Vous êtes différent. Vous êtes spécial. Vous êtes unique..."

Un doux sourire étira les lèvres du prince maudit: un sourire emplit de reconnaissance.

"Mais tout ça va peut-être un peu vite. J’ai… peur. Peur de perdre à nouveau ce sentiment de sécurité. Peur d’être seule..."

Ambrose cru avoir reçu une gifle: une gifle qui l'aurait ramenée dans la réalité. Fini, le conte de fée! Redescends sur terre, maintenant, mon gars! Le pire, c'est qu'il savait pertinemment qu'elle avait raison... Aube s'approcha de nouveau de lui, et caressa tendrement sa joue du revers de sa main: le prince maudit ferma les yeux pour savourer pleinement cette marque de douceur. Il prit la main d'Aube dans les siennes et, rouvrant les yeux, lui dit:

"Certes, c'est un peu rapide, mais une chose est certaine: depuis que je suis entré ici, un sentiment ne m'a jamais quitté. Un sentiment que je croyais avoir perdu à jamais: la sérénité... Vous avez fait quelque chose d'inestimable pour moi, mademoiselle Sweet. Quelque chose que seule la petite Marie avait fait pour moi jusqu'ici: vous avez vu en moi, au-delà de mon passé et de ma malédiction. Et, rien que pour vous remercier de cela, je ne vous laisserait jamais seule: jamais, quitte à en mourir afin de tenir cette promesse!"

Bon d'accord, c'était peut-être légèrement exagéré de dire ça à quelqu'un qu'il ne connaissait que depuis une heure maximum. Mais après tout, son esprit ne fonctionnait plus du tout de façon normale depuis qu'il avait mit les pieds dans cette boutique, alors bon...

"Amusant, n'es-ce pas, comme les contes fées peuvent parfois devenir réalité? La Bête que je suis a visiblement trouvé sa Belle... du moins, si la Belle veut bien lui donner une petite chance..."

Un sourire ironique flotta sur ses lèvres: la chamane avait peut-être finalement eut raison, après tout, de le maudire...

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Jeu 8 Mar - 18:08

Il prit ma main et je caressais sa peau d’un de mes doigts. Une texture de peau douce et tiède, typique des loups-garous.

"Certes, c'est un peu rapide, mais une chose est certaine: depuis que je suis entré ici, un sentiment ne m'a jamais quitté. Un sentiment que je croyais avoir perdu à jamais: la sérénité... Vous avez fait quelque chose d'inestimable pour moi, mademoiselle Sweet. Quelque chose que seule la petite Marie avait fait pour moi jusqu'ici: vous avez vu en moi, au-delà de mon passé et de ma malédiction. Et, rien que pour vous remercier de cela, je ne vous laisserais jamais seule: jamais, quitte à en mourir afin de tenir cette promesse!"

Je clignais des yeux et lui souris. Alors se sentiment, se calme était réciproque. Et s’il pensait me devoir quelque chose alors il se trompé lourdement. Qu’avais-je fais a part le voir comme un être vivant ? Après tout, lui aussi connaissais la douleur, les pleurs, la joie, la paix et toutes ces émotions qui nous donnent envie de continuer à vivre.

- Justement, si la vie vous quitte, vous me laisserais seule et vous ne tiendrais pas votre parole.

M’approchant de lui au plus près je pointais son torse d’un doigt et continuée.

- Et après se beau discours, j’espère vraiment que vous n’allez pas partir. De plus, j’ai vraiment besoin d’un cobaye pour mes recettes, dis-je un sourire éblouissant sur les lèvres.

"Amusant, n'es-ce pas, comme les contes fées peuvent parfois devenir réalité? La Bête que je suis a visiblement trouvé sa Belle... du moins, si la Belle veut bien lui donner une petite chance..."

- Je pense que la Belle peut bien essayer. Bien sur, ca va être légèrement problématique de faire sa quand vous serez sous forme de sauterelle des neiges mais on trouvera bien une solution.

Et sur ce je l’embrassais. Goutant à ses lèvres comme a une gourmandise et quand je reculais satisfaite, un rougissement colora mes pommettes. Je crois que je n’avais jamais autant rougis de toute ma vie.

- Ont pourrait peut-être s’appeler par nos prénoms et se tutoyer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrose Hell'Curse
Métamorphe maudit / Professeur de Contrôle de Soi
avatar

Messages : 327
Date d'inscription : 03/03/2011
Localisation : A Monster High, Monster Town ou bien loin de tout!

Carte étudiant
Âge: Hum... Joker? Bon okay: 1513 ans...
Espèce: Métamorphe maudit.
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Ven 16 Mar - 16:11

"Justement: si la vie vous quitte, vous me laisserez seule et vous ne tiendrez pas votre parole..."

Aïe... touché! Elle n'avait effectivement pas tort sur ce point... La demoiselle le pointa du doigt avant d'annoncer d'un ton autoritaire:

"Et après ce beau discours, j’espère vraiment que vous n’allez pas partir: j’ai vraiment besoin d’un cobaye pour mes recettes!"

Pour rire, Ambrose se mit au garde-à-vous, une main à plat contre sa tempe en un salut militaire et annonça d'une voix forte:

"Chef! Oui, chef!"

Il esquissa un sourire amusé et reprit contenance au moment ou mademoiselle Sweet annonçait la situation avec des mots très... folkloriques!

"Je pense que la Belle peut bien essayer. Bien sûr, ça va être légèrement problématique de faire ça quand vous serez sous forme de sauterelle des neiges, mais on trouvera bien une solution!"

Ambrose retint un fou rire: une sauterelle des neiges? C'était bien la première fois qu'on le décrivait comme tel! Mais il n'eut pas le loisir de continuer à se demander pourquoi elle le décrivait ainsi, car elle s'approcha de lui et posa de nouveau ses lèvres douces comme le velours contre les siennes: encore une fois, la malédiction du prince métamorphe se tortilla au tréfonds de son être, et il goûta à nouveau à cette victoire jouissive sur la chamane, et retrouva, l'espace de quelques secondes, cette sérénité qu'il pensait définitivement perdue... Lorsqu'elle se recula après avoir rompu leur baiser, la magicienne rougit jusqu'aux oreilles avant d'annoncer:

"On pourrait peut-être s’appeler par nos prénoms et se tutoyer?"

Ambrose posa une main sur son torse et s'inclina légèrement en avant dans une révérence typique de son peuple avant de répondre, un sourire malicieux sur les lèvres:

"A tes ordres, Aube!"

Le métamorphe commençait sérieusement à se demander d'où lui venait cet irrépressible besoin de faire des jeux de mots et de l'esprit en la présence d'Aube: peut-être ce bien-être qu'il ressentait en sa présence, bien-être qu'il n'avait plus ressentit depuis près de 1500 ans...

***********************************************
Lorsque le pouvoir de l'amour sera plus fort que l'amour du pouvoir, le monde connaîtra la paix. (Jimi Hendrix)
Ose toucher à un seul élève, Invité, et tu ne verras pas le soleil se lever...

°~Ambrose and Aube theme~°


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madjicareversia.forumactif.org
Aube Sweet
Propriétaire du salon de thé "L'Antiquité"
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 28/01/2012

Carte étudiant
Âge: 23 ans
Espèce: Magicienne
Relations:

MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   Dim 18 Mar - 9:58

Pendant qu’il me faisait sa révérence, je me dis qu’il était très rare aux jours d’aujourd’hui de trouver un homme avec autant de bonne manière. J’allais y prendre goût !

"A tes ordres, Aube!"

Je lui souris tendrement avant de me diriger vers le bar.

- Vous devriez faire attention, je risque de vous prendre aux mots !

Je me penchais derrière le bar et mis la tasse et le verre dans le lave-vaisselle, l’ensorcelant pour qu’il s’arrête dès que le lavage serais fini. Dès que ce fut fait je jetais un rapide sort de nettoyage sur le plan de travail et me penchais pour prendre mon sac a dos et ma veste de cuir.

- Que diriez-vous de bouger un peu ? Ont pourrait aller chez moi puisque je doute avoir le droit de venir au pensionnat. Et, si vous… tu veux, nous pourrions nous voir demain aussi. L’après midi je dois travailler ici mais le matin je serais très contente de te voir. Et cela nous permettra de faire plus ample connaissance.

M’approchant de la porte je lui tendis la main et attendit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand l'amour frappe... l'espoir le suit de très près (PV: Aube Sweet)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le malheur frappe une nouvelle fois [Loup]
» Quand l'amour frappe à la porte, il faut le laisser entrer [FE]
» [Flashback] Quand la mort frappe à votre porte... [Clos]
» Elle a frappé à ta porte.
» [flashback] Quand l'amour provoque la haine, même les âmes les plus pures noircissent. [Licinia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monster Town :: Les commerces :: L'Antiquité-
Sauter vers: